Première rencontre saisonnière avec les orques

par firmm Team

Texte: Ursina Burkhard selon les notes de Katharina, photos: firmm

30 Juillet 2011

Depuis quelques jours, nous entendons dire que les orques sont arrivés dans le détroit et qu’ils mangent les thons des pêcheurs espagnols et marocains. Malheureusement, la météo est défavorable pour les sorties en mer car le Levante est beaucoup trop fort durant la journée. Nous aurions pu quitter le port mais le retour aurait été très difficile. Nous aurions du faire un détour et nous aurions perdu beaucoup de temps. Nous avons du patienter jusqu’au 30 juillet pour que les conditions météorologiques soient favorables pour aller rencontrer les orques.

Ce matin, l’excitation de l’équipe, des volontaires et des passagers est à son comble, allons nous les trouver?

Au lever du jour, il y avait de la brume et elle devait se dissiper afin d’avoir une bonne visibilité.

Vers 10 heures, nos deux bateaux (firmm Spirit et firmm Fly blue) quittent le port, emplis d’espoir. Nous nous dirigeons vers les montagnes sous-marines situées près de la côte marocaine (Tanger). C’est ici que se trouve la zone des pêcheurs, réglementée par un quota. Hors ce dernier est déjà épuisé et ils n’ont plus le droit de pêcher les thons rouges. Les orques viennent dans le détroit pour voler les thons accrochés aux lignes des pêcheurs. Inquiets, nous nous demandons si les orques vont apparaître…

Le ciel est brumeux le Poniente est de force 4 et les éclaboussures sur le pare-brise du bateau sont impressionnantes!

Arrivés sur place, les pêcheurs secouent négativement la tête: les orques ne sont pas ici. Nos deux bateaux quadrillent le secteur, sans succès.

Le firmm Fly blue continue ses recherches pendant que le firmm Spirit se dirige vers les pêcheurs marocains dans l’espoir de trouver les orques.

Nous commençons à admettre un éventuel échec et cherchons les conditions de marées pour aller rencontrer des globicéphales noirs.

Soudain, Diego (notre capitaine) hurle «orques»! Nous suivons ses indications car il travaille depuis 8 ans pour firmm et ses expériences maritimes et animalières sont infaillibles.

Nous voyons apparaître 3 orques femelles qui encerclent les bateaux des pêcheurs.

Pateras und Orcas

Pateras et orques

Ceux-ci se hâtent de remonter leurs lignes avant que les orques ne les aient découvertes. Malheureusement pour eux, il n’y avait plus rien, même pas une tête accrochée à l’hameçon. Les orques s’étaient déjà régalés dans les profondeurs de la mer.

Fischer und Thunfischkopf

Pêcheurs et tête de thon

Entre temps, le firmm Fly blue était arrivé sur les lieux. Le bateau pouvait rester pour observer les orques un bon moment. Pour nous, (firmm Spirit) il fallait rentrer au port.

Fischer, Fly blue und Orcas

Pêcheurs, Fly blue et orques

Sur le chemin du retour, nous avons découvert un très grand groupe de globicéphales nommés: «guardias» (les gardes). Ces animaux surveillent leur territoire et empêchent le passage d’autres globicéphales qui voudraient pénétrer dans le détroit de Gibraltar. Ce groupe comprenait les animaux nommés: Gonzo, Baby Hook, Fernando, Gorro et Gatito ainsi qu’un nouveau né et un jeune immature.

L’année dernière, nous avions pu observer comment les globicéphales défendaient leur territoire et ne quittaient pas cet endroit.

Lors de la sortie suivante, nous avons de nouveau rencontré ce groupe et nous étions très surpris d’observer parmi eux un jeune qui n’avait pas plus de 2 à 3 semaines. Autrefois, nous observions des grands mâles adultes «machos» et notre étonnement était grand de les voir s’approcher de cette zone dangereuse avec leurs petits. Pendant les sorties suivantes, nous avons observé que ces «machos» restaient vraiment sur place et ne se déplaçaient même pas avec les courants.

Puis une surprise non loin de Tarifa nous attendait: une centaine de dauphin bleu et blanc croisaient notre route. C’était ainsi, que les souhaits d’anniversaire d’une fille à bord se réalisaient.

Gestreifte Delfine

Dauphins bleu et blanc

Retour