Nouvelle saison – nouveaux obstacles

par firmm Team

Texte: Pia Ackermann, photos: firmm

Tanger Trafic Maritim TowerDéjà avant la reprise de la saison, nous avons rencontré le premier obstacle. En mars nous avons appris qu’il y avait eu un changement radical concernant la surveillance et le contrôle du Détroit de Gibraltar. Avant, tout le trafic maritime dans le Détroit de Gibraltar était supervisé par Tarifa Trafico, cette tâche, et c’est nouveau, incombe maintenant à Tanger Trafic Maritime. Ils interprètent la loi à la lettre et exigent que tous les navires au large de la côte marocaine aillent dans le même sens (d’ ouest en est). Pour nous, cela signifie, que nous ne devons plus aller vers le trafic de fret avec nos bateaux. C’est une restriction immense, parce que les globicéphales noirs nagent souvent dans l’autre direction le long de la côte africaine.

Parce que nous devons laisser passer les baleines et les dauphins sans pouvoir les suivre, les possibilités de rencontres merveilleuses avec les animaux diminuent. Une réaction rapide à l’observation d’un cachalot ou d’un rorqual devient par exemple pratiquement impossible, sans avoir de problèmes.

Déjà pendant les deux premières sorties nos craintes ont été confirmées. Avec difficulté nous avons pu observer certaines animaux, mais beaucoup moins que de coutume. Certes les clients étaient heureux, mais avec ces restrictions firmm ne peut plus répondre au but de la fondation - la recherche et la sensibilisation – par l’information et les observations des baleines et des dauphins en liberté, dans les conditions habituelles.

En trichant un peu, Diego a essayé avec une vitesse réduite de rester avec les animaux dans le courant à l’ouest. Sur le système radar automatique identification (AIS) cette course lente a fait l’impression d’un arrêt à Tanger Trafic. Mais une telle méthode exige une attention particulière. En outre, nous ne voulions pas nous faire remarquer négativement au début de la saison, par exemple risquer un avertissement pour Diego ou une réputation négative pour firmm chez Tanger Trafic Maritime. Mais d’autre part nous ne pouvions pas remettre nos sorties au hasard, après être arrivés à 99% des possibilités d’observation grâce à des années d’efforts.

Ras LafloukaKatharina a décidé de faire une visite diplomatique à la station de Tanger Trafic. Avec le soutien du conseil de la fondation de firmm Maroc Rachid Chrigui, une rencontre a été convenue. Le 1er avril, il était temps: le capitaine Diego et Katharina ont traversé ce jour-là le Détroit de Gibraltar, il y avait beaucoup de vent. A leur grande surprise ils ont constaté que le station est située prés de la baie de Ras Laflouka, où le Dolphin Sanctuary est en train d’être construit. Dans la tour, ils ont profité d’une vue panoramique unique de Tarifa, de Gibraltar et la montagne Moussa. Les responsables les ont reçu amicalement, et quand Katharina a mentionné, que les offres du Refuge de Dauphins s’adressent surtout aux enfants, la glace était brisée.

firmm SpiritDiego a expliqué à l’aide de ses documents minutieusement préparés les qualités des bateaux. Nous avons un grand avantage grâce à l’équipement des deux stations de radio pour Tarifa et Tanger dans nos bateaux et grâce à leur longueur. La loi, concernant le sens du trafic maritime, ne s’applique qu’aux bateaux d’une longueur de 20 mètres et plus. firmm Spirit et firmm Fly Blue ont tous les deux seulement 16 mètres de long!

Les interlocuteurs ont prêté un grand intérêt à la présentation des animaux. Même ceux qui sont responsables du trafic maritime local, ne savaient pas qu’il y a autant de baleines et de dauphins dans le Détroit de Gibraltar. La carte avec les positions et observations des animaux, que notre biologiste marin Jörn nous a donnée, a souligné notre préoccupation. A la fin les responsables nous ont donné le feu vert pour nos sorties. Nous acceptons avec plaisir leur demande de statistiques sur les sorties de chaque mois.

Nous avons surmonté le premier obstacle! Ce fut un grand soulagement. Les Marocains règlent la communication radio en anglais, c’est donc pour Diego le moment d’améliorer son anglais…

Retour