Les impressions de ma semaine Whale-Watching à Tarifa

par Passenger

Texte, Photos et video : Valentin Diethelm

Je suis parti à TARIFA avec la ferme intention de visiter à fond ce bijou de petit village de pêcheurs et d’étudier en plus, la biologie marine et l’action de  Whale Watching (Protection des Baleines) Katharina Heyer, omniprésente, s’était totalement impliquée dans sa tâche cette semaine-là. Ses collaborateurs et les stagiaires se sont montrés ouverts et serviables. Katharina a rencontré ces mois d’été une foule considérable de gens. Je trouve formidable sa façon dénuée de préjugés, spontanée et personnelle de les aborder.

Lors de la plupart des sorties en bateau, nous avons vu des globicéphales et des dauphins. Une fois même, les dauphins s’en sont donné à cœur joie devant la proue du bateau et, tous excités, éclaboussaient les passagers en battant des nageoires. Lorsque le vent et la mer agitée ne favorisaient pas les sorties, nous avons alterné les cours sur les mammifères marins et les excursions instructives. Dans la salle de formation, on nous a projeté des films impressionnants et des exposés nous ont enseigné la biologie des différentes espèces de baleines J’ai été personnellement fasciné par le comportement social très particulier des orques et fort intéressé par les sons émis par les baleines pour chasser, communiquer ou s’orienter. Je connaissais le véritable sonar utilisé par ces mammifères, mais j’ignorais que les sons pouvaient se propager aussi loin et représentaient une telle importance pour eux.

Le biologiste Jörn Selling, qui maîtrise l’espagnol et l’anglais sans le moindre accent, nous a présenté des exposés fort intéressants. Il a une immense connaissance de biologie marine et des divers problèmes écologiques. Pour lui, qui aime par-dessus tout, la nature et les animaux, l’écologie ne prend pas une bonne orientation. Avec feu et flamme, il s’insurge contre les dommages infligés aux plages, à la mer, aux animaux.

Le reste de la semaine, j’ai voulu cheminer à travers la petite ville. Tarifa, avec ses petites maisons blanchies à la chaux offre un charme typiquement espagnol. Elle exerce sur vous un vrai pouvoir attractif, mais on est obligé de constater que les murailles entourant la ville, le fort de Guzmann-el-Bueno sont dans un triste état, de même que le château de Santa Catilina. Visiblement, l’Espagne en crise manque d’argent pour entretenir ces lieux culturels.

Tout le long des vastes plages, par un vent omniprésent, je m’étonne de la force des vagues violemment poussées vers moi, mais qui pourtant ne me mouillent pas. C’est une aventure particulière. A marée basse apparaît le littoral rocheux et selon l’éclairage, les algues qui recouvrent les bancs de sable prennent une teinte d’un vert intense au point de les croire fluorescentes.

Il ne faut pas oublier les Kit surfeurs qui s’élancent sur le sable de la plage de Los Lances. En l’espace d’une fraction de seconde, ils sont propulsés en l’air, à bien 10 mètres au-dessus de l’eau.

Une image en dit plus que mille mots. C’est pourquoi me suis-je décidé à ajouter un petit Film sur YouTube pour montrer la grande diversité de Tarifa.et de ses environs.

Valentin Diethelm, Staad/Suisse

Mes trois photos favorites de cette semaine - à part naturellement des mammifères marins magnifiques- sont les suivantes:

Felsige Küste von Playa Chica mit Sicht auf die Isla de las Palomas Der Blick oben beim Schlösschen Santa Catalina auf die Isla de las Palomas  Ein Kitesurfer an der Playa de los Lances: voll im Wind

Et en cliquant ce link suivant vous trouvez les mes images sur YouToube. (Alternate link to YouTube)

Retour