Mise à jour

En raison de la pandémie du coronavirus, nous sommes malheureusement contraints de retarder le début de la campagne d'observation des baleines, initialement prévue le 3 avril. Nous ne manquerons pas de vous informer à travers notre site web et sur Facebook dès que la fin de la crise sera en vue et que nous connaitrons la date à laquelle nous pourrons reprendre nos activités.

Soyez optimiste et prenez soin de vous !
Nous nous réjouissons de vous retrouver au plus vite.

Bon courage, Katharina Heyer et l'équipe de firmm

Ronda

Pour Ronda, il vaut le détour par l'arrière-pays. La vue sur la falaise de 100m de profondeur est impressionnante.

Pont Neuf, Ronda

Ronda a été fondée au 6ème siècle par les Celtes, à cette époque sous le nom d'Arunda. La vieille ville est située sur un plateau rocheux escarpé, qui est connecté à la partie la plus récente de la ville par trois ponts. Le plus spectaculaire est le pont neuf (Puente Nuevo) sur les gorges du Tajo de Ronda, construit au 18ème siècle – environ 100 mètres dans la gorge profonde se trouve la rivière Guadalevín. Pour prendre l'une des photos célèbres, suivez le chemin de la Plaza María Auxiliadora jusqu'au point de vue Mirador Puente Nuevo de Ronda.

Juste à côté du pont neuf, sous la direction de l'architecte José Martín de Aldehuela, l'arène, achevée en 1785, est l'une des plus anciennes et des plus grandes d'Espagne. De là, la corrida espagnole s'est répandue sous sa forme actuelle, dont vous pouvez vous informer dans le musée qui l'accompagne. Nous aimerions ajouter que l'aréna n'est qu'un monument commémoratif d'une époque lointaine. Mais malheureusement, les corridas de taureaux ont encore lieu dans l'arène aujourd'hui, bien que, selon les sondages, la majorité des Espagnols rejettent cette soi-disant tradition.

En vous promenant dans la vieille ville, vous découvrirez également quelques bâtiments de style mauresque. La plupart d'entre eux ont malheureusement été détruits après la Reconquista, mais quelques témoins de cette époque ont survécu, comme les bains arabes (baños árabes) ou le Palacio de Mondagón, qui abrite maintenant le musée municipal (museo municipal). Dans le couvent et l'église Colegiata de Santa María la Mayor de la Plaza Duquesa de Parcent, on peut encore voir au moins une partie de l'ancienne mosquée: ainsi, la niche de prière avec des inscriptions arabes est conservée et l'ancien minaret qui a été reconstruit en clocher.