Une randonnée avec Jörn

par Thomas Brückmann

Une randonnée avec Jörn - une excursion à la dune de Bolonia pendant un "Levante" orageuse.

Texte et photos: Thomas Brückmann

Sous un soleil rayonnant et un ciel d'azur, mais pendant des conditions très orageuses qui ont transformé la mer autour de Tarifa d'un tapis blanc tacheté de mousse, le groupe des étudiants (on les appelle les « Studis ») a été conduit avec Jörn aux dunes naturelles de Bolonia.

Il ne fallait pas penser aux excursions chez les baleines et les dauphins dans le Detroit de Gibraltar. En raison de la mer agitée des observations aurait été presque impossible - sans parler des conditions désagréables à bord de nos bateaux. Par conséquent, il y a toujours un programme alternatif pour le groupe des « Studis » pendant ces jours pour rapprocher la flore et la faune très riche et les différents paysages côtiers autour de Tarifa. Tandis que la côte méditerranéenne à l'est de Tarifa semble rude et rocailleux, l'océan Atlantique dans l'ouest montre des plages larges et longues.

Une caractéristique particulière de « la Costa de la Luz » sont les deux dunes, à Punta Paloma et à quelques kilomètres plus au nord de Bolonia.

la dune de Bolonia Vue sur le sud vers Tarifa 
 

Grâce aux  conditions de vent comme aujourd'hui les dunes ont été créés dans les deux baies ici. Le Levante souffle le sable des plages longues frontalement à la fin de la baie. Alors un paysage de dunes impressionnantes c’est  développé au fil des ans à Bologne. Un système de dunes de pas moins de 30 mètres de hauteur et environ 200 mètres de large a été créé. Et ce processus de formation de  dune est encore en plein essor, comme on peut le voir très clairement au sommet d'une dune.

Là, le sable se déverse sur les pins épais vers l'intérieur du pays et se renverse lentement. La forêt de pins a été créé de la main humaine pour stabiliser la zone côtière et ne représente pas la végétation naturelle.

Ce toit des dunes était aussi le but de la courte randonnée avec Jorn. De là-haut on a une vue fantastique sur la mer et le littoral jusqu'à Tarifa

Mais avant la route passait devant le site archéologique de ruines romaines Baelo Claudia à partir du IIème siècle av. JC. Toujours très bien conservées sont les zones où il y avait le traitement et le stockage du thon capturé et la production  très convoitée à l’époque de la sauce d'assaisonnement Garum.

Sur une promenade de planches, nous sommes allés vers les dunes au bord de la plage généralement agréable à l'ombre des pins. A la fin du pont, il y a un panneau avec une information sur la géologie et l'origine de la dune

 
la promenade le long de la plage vers la dune 
 
Maintenant nous sommes allés juste en face de la plage en passant quelques bateaux de pêche tiré à terre et plusieurs rangées de « Roseaux des sables » (le bot. Genre Ammophila) et en parallèle à la ligne de flottaison. Cette herbe peu exigeante est la seule plante qui parvient à trouver un soutien dans le sable meuble. La formation des racines horizontales et aussi verticales  grandissent profondément et  dans toutes les directions de sorte qu’elles forment un système racinaire étendu, et non seulement elles se stabilisent elles-mêmes, mais renforcent  la totalité de la dune sur laquelle elle croît.
 
Roseaux des sables renforcent las dunes situées devant Souches d'arbre sortent des dunes de sable 

Arrivé au pied de la dune, on va vers le haut, on passe des  souches d'arbres ou des résidus de racines sont indicatives d'une ancienne végétation arborescente sur le bord de la dune. Renversés depuis longtemps, ils ont probablement été soufflées libre par la dynamique de l'ensemble de la dune à marcher.

Un court repos à mi-chemin de la montée Presque le but, le sommet de la dune, est atteint 
La crête de la dune est atteinte Des vues spectaculaires se offrent aux spectateurs vers le sud 

Maintenant, le sommet de la dune était seulement à quelques pas. Le vent sifflait autour de nos oreilles et avec lui nous étions exposés à un sablage continu - non seulement près du sol des pieds et des mollets en bas sur la plage, mais même aussi dans le visage.

Par conséquent, nous avons été très heureux que Jörn nous aie conduits au bord de la dune dans la forêt de pins, où le sablage  stoppa. Dans cet environnement, on  sentait une odeur épicée de résine de pin et la cime des arbres offrirent à tous une ombre reposante.

Nous sommes allées sur un sentier de sable, descente parallèle à la dune toujours à l'ombre des pins. Sur le chemin Jörn a attiré notre attention sur une fleur jaune avec des feuilles argentées et très étroites, dont la particularité était une odeur intense de curry. Cet arbrisseau est également appelé Curry d'herbes (le bot. Genre Helichrysum) et est utilisé dans toute la région méditerranéenne comme une plante d'épices dans la cuisine traditionnelle.

Comme la forêt de pins s’éclairait, la route était bordée d'arbres de genièvre et les derniers mètres, elle était relativement raide vers le bas sur ce qu'on appelle le sable brun sur les formations de grès caractéristiques. Cela ce consistait non seulement de sable et de gravier sédiments, mais c’était criblé de coquilles et d'autres restes d'animaux. C’était très joli à voir sur un gros morceau en particulier.

 
de la dune vers les pinèdes dans la pinède, il y a une descente ombragée arbuste avec des fleur jaunes et une odeur intense de curry Le long des buissons avec des baies de genièvre C'est devient plus raide, la descente de la dune Le chemin continue à travers une zone de sable brun 
Jörn explique l'origine d'un gros morceau de grès Une photo de près de grès constitué de plus grands et plus petits graviers  
 
Eh bien le but a été atteint, “ fin officielle" de la randonnée et  Jörn invite  tous les participants, ils sont libres bien sûr, à rester au pied de la dune - il était juste 17 heure - pour prolonger cet instant. Comme ce fut le lieu itinérant dans une zone abritée de la plage, beaucoup ont accepté l'offre immédiatement.

Retour

Ajouter un commentaire